Tout sur le whisky !
A coté du verre

Les 5 meilleurs grignotages pour accompagner un whisky

Si vous souhaitez grignoter en buvant un bon whisky sans dénaturer le goût de vos plats, il faut prendre en compte sa richesse en alcool et opter pour des mets aux saveurs intenses ou relevées.

Le foie gras

Sur un toast, accompagné de figues fraîches ou au cœur d’une aiguillette de canard coupée finement, le foie gras s’accorde parfaitement avec des whiskies peu tourbés, plutôt doux et ronds qui délivrent des notes de pralin, de sherry et de noix.

La « Macallan Speyside Distillery » utilise des fûts de sherry sélectionnés avec minutie pour produire le Macallan 1824 Series Amber, dont les arômes sont sublimés par la douceur du foie gras et des figues. La réputation de ce single malt ne se fait pas sur son âge qui reste inconnu, mais bien sur son double assemblage : 80% fûts de chêne espagnol et 20% fûts de chêne américain.

L’Ossau-Iraty, un fromage de brebis aux saveurs subtiles !

Si vous voulez profiter pleinement de l’Ossau-Iraty, sortez-le du réfrigérateur une heure environ avant de le servir. Le fromage doit absolument être coupé en fines tranches et éventuellement saupoudré de piment d’Espelette. Servez-le accompagner d’un très bon pain frais (baguette style « rétro » ou campagne) sur lequel chacun peut, en fonction de ses goûts, disposer quelques petites touches de confiture de cerises noires ou de pâte de coing.

Pour accompagner un apéritif fromager à base d’Ossau-Iraty, il faut servir à vos invités un whisky huilé et fumé comme le sont souvent les whiskies tourbés. Faites confiance au Big Peat (tourbe), blended malt écossais fumé aux notes de cannelle, de clous de girofle, de camphre et d’eucalyptus.

Le saumon fumé

Le saumon fumé est une évidence pour un grignotage d’avant dîner et pas besoin d’une occasion particulière. Il faut vite découvrir l’union très réussie d’un whisky Bushmills single malt 10 ans avec un saumon fumé écossais déposé sur un toast grillé légèrement beurré (beurre salé). C’est le côté gras du saumon qui permet cet accord, l’astuce pour accentuer la surprise gustative étant de servir le whisky chambré et le saumon très frais.

Le whisky Bushmills est un single malt de 10 ans. Ce whisky Irlandais, distillé trois fois en fûts de Bourbon (chêne américain), révèle des notes de miel et de vanille, soulignées de touches d’épices. La douceur et le moelleux de ce whisky sont bien présents malgré un goût corsé qui exalte les saveurs iodés du saumon. Attention toutefois à ne pas rompre cet équilibre en citronnant le saumon.

Les sushis

C’est le mélange aigre-doux du riz vinaigré avec la saveur maltée de la sauce soja et les notes spécifiques un peu amères de l’algue nori qui donnent au sushi l’audace de se présenter accompagné d’un whisky japonais, réputé pour sa finesse et sa justesse de goût. Les whiskies maltés sont les plus adaptés à ce plat dont il n’émane pas un goût spécifique mais plutôt une cascade de sensations. La très légère brûlure du gingembre ou du wasabi s’intensifie légèrement en fin de bouche.

Dans leur majorité, les whiskies japonais ne sont pas l’élément vedette d’un grignotage entre amis ou avec la famille. C’est pour cela qu’ils fonctionnent bien avec la nourriture en respectant les goûts des mets qu’il accompagne. Le Nikka Pure Malt Black est un bon exemple de whisky japonais « accompagnateur de nourriture » car il possède une palette aromatique très étendue.

Et pour finir, pourquoi ne pas grignoter sucré avec le tiramisu chocolat-café ?

Voilà une façon originale mais tellement agréable de terminer un repas. Servez un tiramisu chocolat-café et, dans un verre à whisky, quelques gorgées de Kornog, un whisky peu connu mais qui ne laisse pas indifférent. Attention, les biscuits du tiramisu doivent être trempés dans du café et non pas dans une liqueur sucrée.

On s’attend à un duel de saveurs : d’un côté un dessert sucré, tout en douceur avec le chocolat et le café et d’un autre, un whisky single malt tourbé… et on découvre un équilibre insolite ! En effet, le Kornog se différencie par un profil aromatique étonnant, partagé entre le fumé que lui transmet l’utilisation de la tourbe et le fruité qui est normalement absent des whiskies distillés à partir de malt tourbé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *